• +221 33 958 5270
  • +221 78 128 4458
  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.
DAUST partners with ISRA to setup a West Africa region innovation hub in Senegal

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive

As part of a USAID funded project, Appropriate-Scale Mechanization Consortium (ASMC), the Dakar American University of Science & Technology (DAUST) has partnered with ISRA to setup a West Africa region innovation hub in Senegal with a goal of scaling agriculture mechanization technologies to reach 5000 farmers or 5000 ha of land in the region and to create an ecosystem of innovation so that technological innovation can be scaled. 

The ASMC, led by a consortium of universities including the University of Illinois at Urbana-Champaign, Michigan State University, Kansas State University, and North Carolina A&T University; introduces mechanized technologies that are technically, environmentally, and economically appropriate for use by smallholder farmers. Such technologies sustainably reduce poverty among smallholder by contributing to enhanced labor and increased land productivity. 

In partnership with CleBer/Oggun, the Dakar American University of Science & Technology designed and built a two-wheel tractor to meet the need of needs of small farm hold farmers; this includes tractor for field work and farm-to-market vehicle. The goal is to build a product that uses only off the shelf parts so that it can be manufactured and serviced in all countries. The design of our tractor is based on Open Systems and Platform Architecture. This allows for the development of a range of products that are scalable for which parts are always available. The tractor uses a 11hp engine with two independent hydraulic motors connected to tandem hydraulic pump.

Our tractor is designed to serve all of the functions the farmer needs. The goal is to build a product that uses only off the shelf parts so that it can be manufactured and services in all countries. The current design specifications of our tractor are as follow:

  • Built using only off the shelf parts
  • Only contain features that 100% of farmers need (Everything else is optional)
  • Ability to attach implements front and rear
  • Precision implements on the rear
  • Powered and other implements on the front
  • Wheel motors forward and reverse controlled independently from each handlebar.
  • Handlebars that can be rotated 180 degrees
  • Hydraulic power for all implements that require power
  • Provide for multi-row operation, adjustable wheel width and adjustable height
  • Hydraulic zero turn concept
  • Road speed up to 15MPH
  • Does not include anything that is required by country regulation. Those will be added by each county.

DAUST will work with ISRA to develop and build Implements for conservation tillage. The West Africa Regional Hub will also collaborate with entities such as CORAF and iREACH and other projects to position the hub to address the mechanization needs of Senegal and other West African countries.

Be A Daustian


DAUST développe des ruches connectées intelligentes pour l'apiculture et la production de miel au Bénin.

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive

La République du Bénin a bénéficié de l’appui de la Banque mondiale pour l’élaboration et la mise en œuvre du Projet Forêts Classées Bénin, financé par un Don IDA.

Ce projet qui couvre la période allant de 2019 à 2026 vise à améliorer la gestion intégrée des Forêts Classées, à faciliter l’accès des principaux centres de consommation au bois-énergie produit de manière durable et promouvoir la chaîne des valeurs des Produits Forestiers Non Ligneux (PFNL) et plus spécifiquement du miel. C'est sur cette base, que l’Unité Intégrée de Gestion des Projets (UIGP) du Secteur de l’Environnement des Ressources Naturelles a eu l’assistance de la 
Dakar American University of Science & Technology (DAUST) à travers le Professeur Sidy NDAO pour la conception et le développement de Smart Connected Beehives (SCB) ou ruches connectées intelligentes pour l'apiculture et la production de miel au Bénin.

La ruche fabriquée avec une machine CNC est équipée d'un dispositif IoT (Internet of Things) pour surveiller et prédire la santé de la ruche. Le cadre et la structure intérieure de la ruche est conçue pour permettre d'extraire le miel simplement en tournant un bouton : la ruche n'a pas besoin d'être ouverte et les abeilles ne sont pas dérangées comme dans une extraction normale. L'appareil IoT, alimenté par des panneaux solaires et avec réseau multi-opérateur GSM/2G/3G/4G, transmet des données de température, d'humidité, de GPS, et de mouvement.





Depuis le début de ce projet avec le travail acharné de notre équipe technique,nous sommes parvenus à délivrer trois prototypes en bois au mois de février passé durant la mission de l’ingénieur Mamadou GUEYE. Ces trois ruches ont été installées dans trois endroits différents (PARAKOU, KILIBO et GLAZOUE) et le suivi de chaque ruche est assuré par un apiculteur pilote expérimenté. Ensuite nous avons fabriqués deux nouvelles ruches en PVC pour expérimenter d'autres types de matériaux.

C’est en ce sens que nous avons mené une mission de deux semaines sur le terrain avec l’ingénieur Saliou DIOUF pour le suivi et la maintenance des trois premières ruches et l’installation des deux nouvelles en PVC.


Cette mission nous avait permis en premier lieu d’être en contact direct avec les apiculteurs pour recueillir leurs expériences d’utilisation des SCBs et de les former sur l’utilisation de ces toutes nouvelles ruches. Ensuite nous avons effectué la maintenance des systèmes électroniques et avons formé sept techniciens pour qu’ils puissent assurer la maintenance au niveau locale.

Après le succès des 5 premières ruches intelligentes, DAUST prévoit d'envoyer 15 autres ruches au Bénin le mois prochain.

Be a Daustian !


Aire Marine Protégée : Phase 2 du projet d'études de la classification des espèces

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive

Dans le cadre de leurs recherches portant sur la seconde phase de leur projet de classe, les étudiants en troisième année de notre université ont été convié ce vendredi par les agents des Eaux & Forêts dans l'une de leurs opérations en mer.

Il s'agissait pour les hommes du Capitaine Coly de leur faire assister à une opération de pêche, communément appelée pêche expérimentale, qui est une manière d'évaluer l'abondance ainsi que la diversité des différentes espèces se trouvant sur l'Aire Marine Protégée.


La pêche expérimentale est faite pour suivre l'évolution de la ressource dans l'Aire Marine Protégée, si elle est actuellement quantitative, ou spécifique. Pour ce faire, elle est pratiquée de manière rudimentaire, avec l'aide des pêcheurs locaux et des femmes de la lagune qui les assistent dans la classification des espèces, leur identification, et leur pesage. Cette évaluation est faite manuellement par les agents, munis de fiches de collecte de données avec des rubriques telles les caractéristiques de la zone, la date, l'heure de pose, la saison (période froide/chaude ou en intersaison), la latitude/longitude pour les coordonnées gps, la station qui représente le point choisi, les paramètres physico-chimiques de la station pour mesurer la température, la salinité, et le ph. En plus de ces données, il est aussi répertorié les paramètres biologiques de chaque espèce pêchée.

L'équation de cette grande opération est l'efficacité de cette méthode, qui est laborieuse et non exhaustive, avec des résultats mitigés. L'autre hic est le maintien en vie de ces espèces qui sont maintenues hors de leur zone d'habitait pour les besoins de l'évaluation, alors qu'elle est censée protéger, comme leur a expliqué M. Dieng Omar, Technicien de Pêche qui est au Centre de Recherches Océanographique de Dakar (CROD) qui est un démembrement de l'Isra (Institut Sénégalais de Recherches Agricoles)

Le projet des étudiants de DAUST, est une solution ad-hoc qui permettra aux agents des Eaux & Forêts de pouvoir grâce à l'aide de la science et des nouvelles technologies de pointe faciliter leur tâche et la moderniser. En usant de logiciels de machine learning, qui est une technique d'apprentissage automatique utilisée en intelligence artificielle, ils sont capables d'identifier, de répertorier, et de classifier ces différentes espèces sans interférer avec le réseau trophique marin. En faisant de la photographie sous-marine un drone marin ROV et avec des outils tels que YOLO V3, TENSORFLOW, ou encore GOOGLE COLABORATORY qui permettront de faire l'analyse des différentes prises photographiques. Leur solution permettra, non seulement de sauvegarder ces espèces menacées, mais aussi de digitaliser l'ensemble du processus de toute cette opération, écourter le long processus, réduire les coûts, et fournir une base de données fiable et accessible. Ça sera ainsi un gain de temps, de ressources, et une logistique moins pesante au bout du compte.

Nous vous tiendrons informés du résultat final de ce projet d'utilité communautaire dans un tout proche avenir.

Be A Daustian !


© 2022 DAUST. All Rights Reserved.